Carte APAPAD

Histoire

C’est en décembre 1988 que des usagers, des intervenants associatifs et institutionnels auprès des personnes âgées se regroupent, à Dunkerque, au sein de l’A.P.A.P.A.D.

Constituée initialement comme un laboratoire d’idées et de promotion d’actions, l’association a mené successivement une réflexion sur un projet de petite unité de vie dans le cadre de l’accueil familial et une expérimentation d’un carnet de santé et de liaison, outil d’harmonisation des soins et des services.

Dès 1992, l’A.P.A.P.A.D., soucieuse de formaliser sa réflexion, s’inscrit dans les travaux du Contrat d’Agglomération du Dunkerquois. Cette implication n’a pas eu les résultats escomptés en matière de concrétisation d’actions, mais déjà un consensus se crée autour de l’idée d’une Coordination Gérontologique.

C’est en s’appuyant sur le réseau A.P.A.P.A.D. que la Ville de Dunkerque, dès 1994, développe plusieurs projets de proximité.

Une petite structure d’accueil pour personnes âgées dépendantes alliant accueil permanent et accueil temporaire s’est ouverte depuis février 2001.

Ce domicile collectif, conçu comme un substitut d’habitat, est intégré dans la vie d’un quartier ; il tend à privilégier, pour les résidents, issus du quartier, le maintien des liens familiaux et sociaux.

L’A.P.A.P.A.D. n’ayant pas la vocation de gérer des établissements, a confié ce rôle au CCAS de la Ville de Dunkerque.
Une nouvelle étape est franchie en 1998, avec la Ville de Dunkerque, en concertation avec le réseau, d’une Coordination Gérontologique décentralisée dans chaque quartier.

Le dispositif vise à apporter une information de proximité aux habitants, faciliter leur accès aux services de maintien à domicile, fournir des réponses adaptées et organiser en partenariat, ces réponses autour de la personne âgée.

Depuis sa création, l’A.P.A.P.A.D. a tissé des liens réguliers entre acteurs institutionnels et associatifs.

Pôle de réflexion et de propositions, ce réseau d’acteurs souhaitait formaliser son activité, élargir son champ d’action.
C’est dans cet esprit que l’A.P.A.P.A.D. s’est inscrite, en qualité d’organisateur local, dans le projet de Concertation Gérontologique du Conseil Général du Nord, cherchant à développer une dynamique de territoire.

Cette démarche a considérablement développé les liens, déjà importants, de l’A.P.A.P.A.D. avec les acteurs de la gérontologie de l’ensemble du territoire du secteur 1 (neuf cantons, 61 communes en Flandre Maritime et Intérieure).

Plus de deux cents partenaires se sont engagés dans la démarche, s’impliquant véritablement et fidèlement pendant deux ans, au sein de huit groupes de travail répartis sur le secteur.

Cette mobilisation poursuivait un double objectif :

• Réaliser un état des lieux quantitatif et qualitatif des moyens et services aux personnes âgées, respectant les particularités locales,
• Préparer les fondations d’un véritable travail de partenariat et de réseau entre acteurs.

En outre, de manière à préparer l’étape suivante de la concertation, il a été mis en place, en juin 2001 sur le canton de Wormhout, une expérimentation de coordination gérontologique.

En 2002, en accord avec les partenaires de la concertation et à leur demande, l’association s’est positionnée en tant que promoteur d’un Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC), sur la partie rurale du secteur 1, comprenant 46 communes, dont la plus importante compte 6 000 habitants.

Le Label CLIC de niveau 2 a été obtenu en avril 2003 et l’ouverture officielle du CLIC des Moulins de Flandre s’est faite le 3 novembre 2003.

Le label CLIC de niveau 3 a été obtenu en octobre 2004.
Le partenariat n’a cessé de se développer et de se consolider depuis, avec l’ensemble des acteurs locaux, toujours dans le même objectif de répondre au mieux aux attentes et aux besoins des personnes âgées.

C’est au sein de nombreuses commissions de travail pilotées par l’A.P.A.P.A.D., que des projets ont été mis à jour avec les partenaires, parmi ceux-ci :
• Le dossier commun d’admission en EHPAD, utilisé par 12 EHPAD
• Les groupes de soutien aux aidants familiaux des malades Alzheimer
• La signature de la convention avec les Papillons Blancs le 16 mai 2008 pour l’accompagnement des personnes handicapées vieillissantes
• La Commission Gérontologique Pluridisciplinaire
• Le projet d’accueil de jour itinérant
• Le projet de plateforme de répit

D’autres projets ont fait l’objet d’un long travail approfondi avec les partenaires, notamment le projet de transport à la demande, qui n’a pu encore voir le jour.

En février 2009, la CNSA lance l’appel à projet des plateformes de répit pour les aidants familiaux des personnes atteintes de maladies Alzheimer et apparentées, en lien avec la mesure n° 1 du Plan Alzheimer 2008 - 2012.
Le Directeur de l’EHPAD Maison de Famille Saint Augustin et l’A.P.A.P.A.D. s’associent pour monter un projet, avec le soutien des partenaires et sont sélectionnés parmi 12 projets en France. La Maison d’Aloïs voit le jour en août 2009.
Dans ce cadre, est lancée une première expérimentation de répit à domicile : Interm’aide.

Inspiré du « Baluchon » Québecois, cette prestation propose à l’aidant la prise en charge de son proche malade à la maison, 24h/24 en son absence, par une équipe de professionnelles formées pendant 4 jours maximum. Retenu dans le cadre de l’appel à candidatures sur la modélisation des formules particulières de répit, dans le cadre du Plan Alzheimer, nous contribuons avec deux autres expérimentateurs en France à la production d’un « modèle » de la prestation de répit. L’initiative reste encore à pérenniser aujourd’hui.

Le Service d’Accueil de Jour Itinérant, quelques années de gestation, années qui ont permis d’améliorer le projet, fruit du partenariat de l’A.P.A.P.A.D. avec quatre EHPAD du secteur, a vu le jour en octobre 2009.
Depuis décembre 2008, L’A.P.A.P.A.D. a entamé une troisième décennie, son histoire montre qu’elle n’a cessé dans ses actions, de mettre les personnes âgées au coeur de tout dispositif quel qu’il soit, de démontrer son savoir-faire en terme de développement et de consolidation des liens partenariaux et qu’elle a su se tourner vers l’innovation pour mieux répondre aux attentes et aux besoins des personnes.